« La Liberté »

Il y a tout juste soixante-dix ans, René Char publiait Seuls demeurent.

Comme dans ce recueil, drapée dans sa dignité, la liberté poursuivra aujourd’hui sa marche impassible vers un triomphe vigilant :

Elle est venue par cette ligne blanche pouvant tout aussi bien signifier l’issue de l’aube que le bougeoir du crépuscule.

Elle passa les grèves machinales ; elle passa les cimes éventrées.

Prenaient fin la renonciation à visage de lâche, la sainteté du mensonge, l’alcool du bourreau.

Son verbe ne fut pas un aveugle bélier mais la toile où s’inscrivit mon souffle.

D’un pas à ne se mal guider que derrière l’absence, elle est venue, cygne sur la blessure, par cette ligne blanche.

Post & Pold - http://www.post-pold.com