« Je ne connais pas de poésie qui soit innocente » - Pierre-Yves Soucy

— Recevez-vous beaucoup de manuscrits ?
— J’oserais dire : de plus en plus. [...] La vie d’un livre de poésie est une vie lente et plus longue que bien d’autres genres littéraires. D’où le fait qu’un livre s’épuise, parfois sur cinq ou dix ans. [...] Je tiens cette activité pour indispensable, et quelque objectif de rentabilité ne parviendra jamais à infléchir ce qui est au fondement de cet engagement qui porte ceux et celles qui s’y trouvent engagés.

L'entretien complet est consultable sur le site du Monde, ici.